Avons-nous besoin d’une charte du citoyen numérique ?

Déclaration : Avons-nous besoin d’une charte des droits de l’homme et d’une charte du citoyen numérique ? Quels seraient les principes fondamentaux de cette charte?

Contexte : Après la Seconde Guerre mondiale, les Nations Unies ont adopté une Déclaration universelle des droits de l’homme exigeant des États membres qu’ils agissent dans les limites de leurs droits fondamentaux et inaliénables. Le monde numérique, de par sa nature même de non-territorialité et d’anonymat, affaiblit cette déclaration et a un impact négatif sur les personnes ordinaires qui sont parfois victimes de cyber-activités malveillantes. De telles activités peuvent compromettre les droits sociaux, culturels et économiques des personnes. Lorsque l’objectif est de manipuler, certaines cyberattaques peuvent directement porter atteinte aux droits des personnes à l’autodétermination et constituer une force de déstabilisation pour les États membres.

Réflexion 1 : Une Charte des droits de l’être humain et du citoyen du monde numérique pourrait permettre un encadrement de l’espace numérique et ainsi préserver les droits de l’Homme dans cette espace sans territoire. Elle pourrait avoir pour but la protection de l’individu contre les États et contre les acteurs privés, et ferait notamment naître un droit d’accès à internet.
Les droits de cette Charte pourraient être : la protection des données personnelles afin d’assurer la vie privée de l’être humain dans le monde numérique; la non-commercialisation et la non-utilisation des données à caractère privé sans l’autorisation de la personne concernée, cette autorisation pouvant être retirée à tout moment ; la protection de la dignité de l’être humain dans le monde numérique ; la protection de la propriété intellectuelle exposée sur le numérique ; la garantie des libertés fondamentales pour l’être humain.